NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Militants européens avec la Catalogne !

11-10-2017
La lutte d'émancipation nationale du peuple catalan suscite l'inquiétude des cercles de pouvoir mondialistes qui tous soutiennent l'état espagnol. Le patriotisme civique, espagnol, français ou italien, étant considéré comme plus contrôlable ou manipulable par la "gouvernance" que les nationalismes ethnoculturels issus des peuples et obéissant à des logiques immémoriales n'entrant pas dans les logiciels de la matrice. 
Tout aussi naturellement, le combat catalan a mobilisé des militants anti-mondialistes conscients des enjeux, venus de l'Europe entière, jusqu'à ses confins, pour soutenir ce qui pourrait constituer une étape majeure de la déstabilisation du "bloc de l'ouest".
Irakli Tkhilaishvili, militant national-syndicaliste géorgien est l'un d'entre eux, venu participer à la mobilisation du peuple catalan. Il témoigne pour CPN

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis étudiant en droit en Géorgie,et je me définis comme un nationaliste de gauche traditionaliste et révolutionnaire. J'ai fait partie de diverses organisations nationalistes dans le passé, mais je milite aujourd'hui au sein des Syndicats étudiants et de jeunesse à une lutte de terrain contre le Système, qui disloque toute nation véritable à travers la promotion des communautarisme invasifs allogènes, de l'agenda libéral-libertaire, et de l'utopie libre marché du laissez-faire laissez passer

Pourquoi avez-vous décidé de soutenir le Nationalisme Catalan,lors des derniers événements du referendum ?

Je me suis rendu en Catalogne pour soutenir les principes d'autodétermination et d'anti-impérialisme aux cotés d'un peuple libre, pour le magnifique exemple d'un nation défiant l'ordre libéral-policier, le défiant par son discours Social et National,une telle nation donne l'exemple que la libération ne s'obtient que par le combat, au contraire de nombres d'état Européens étiquetés libres mais qui, perclus de nihilisme et de conformisme, n'empruntent rien rien d'autre que la voie de la mort et de l'extinction ? Ce mouvement de réveil n'en est qu'à ses débuts,il se poursuivra et détruira à terme l'establishment corrompu pour accoucher d'une nouvelle Europe: l'Europe des nations et des peuples libres.

En tant que Géorgien qui vous évoque cette Indépendance naissante ?

Elle m'évoque évidemment celle de mon pays qui occupé par l'Union Soviétique, qui à combattu constamment pour sa liberté et son identité nationale jusqu'à au couronnement de la victoire quand les Géorgiens votèrent à 99% pour l’Indépendance.

Quels sont les événements auxquels vous avez assisté sur le terrain ?

Je suis arrivé à Barcelone quelques jours avant le referendum, l'ambiance était à un patriotisme vibrant: des drapeaux Catalans partout, des jeunes gens enthousiastes qui menaient des manifestations de tous cotés de la ville d' Estelada et Senyera en Main. Le samedi seulement, les manifestations ont été suspendus du fait d'une contre-manifestation organisée par les hooligans et "franco-chauvins" arrivés directement de Madrid afin de rechercher l'incident (Ndlr: comme d'ailleurs celle organisée suite au scrutin ou des centaines de cars et des dizaines de milliers de personnes venus de l'Espagne entière et en particulier de Madrid et de la Castille,une pantalonnade d'invasion colonialiste,que n'ont pas manqué d'applaudir à tout rompre les troupes d'occupations mentales françaises). Beaucoup de groupes pro-indépendance se sont chargés d'occuper les bâtiments scolaires réquisitionnés pour le vote afin que la police ne les ferme pas le jour du scrutin.Le dimanche, aux cotés d'activistes écossais et américains nous avons préparé la défense de la permanence Dressens où la Guardia Civil avait coupé l'internet pour empêcher le vote. Pendant ce temps, de nombreuses autres permanences à travers toute la ville étaient chargées par la Guardia et réduites à la matraque.Ils ont également attaqué la permanence la plus proche de nous mais n'ont pas réussi à rompre le cordon opposé par les civils déterminés.


Connaissez-vous la Corse,son histoire,sa lutte pour la liberté? Seriez-vous prêts à soutenir demain les Corses comme vous avez soutenu les Catalans?

J'ai beaucoup entendu parler de La Corse et de son histoire de combats permanents contre les grands empires,en plus d'un fond traditionnel et culturel unique, elle a su arracher sa liberté par son état indépendant au 18eme Siècle. Malheureusement l’impérialisme s'est de nouveau abattu sur cette petite nation au si grand c½ur et au peuple si valeureux.Ils n'ont jamais accepté de baisser le pavillon de leur combat pour cette liberté voulu par Dieu,et le jour où le moment de la Libération sonnera, je souhaite ardemment être à leurs cotés!

Comment voyez-vous le futur de l'Europe?

l'Europe doit s'inspirer des Catalans et des Corses, les peuples européens doivent retourner à leurs racines et en même temps,  porter loin le fer dans le c½ur du Nihilisme, renverser le système libéral et se ré-emparer d'une souveraineté réelle. L'exemple de la Catalogne aujourd'hui me donne confiance.

                                                                     Haut les C½urs Camarades! Longue vie à l’Europe!

Merci camarade !




Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Le F.L.B-A.R.B, de 1966 aux années 80 est un mémoire réalisé, dans le cadre de ses études, par la fille aînée de Padrig MONTAUZIER, Kelig. Tout mémoire a son histoire, et pour Kelig, celui-ci est avant tout une histoire personnelle. En effet, ce sont des évènements, qui, survenus dans son enfance sont à l’origine de ce sujet. L’arrestation de son père a été un moment douloureux pour cette petite fille âgée de 6 ans à l’époque, mais c’est aussi ce qui lui a donné l’envie de rédiger ce mémoire et comprendre les motivations de ces hommes qui appartenaient à ce mouvement clandestin qu’était le F.L.B et qui entraient dans sa branche militaire l’A.R.B. Pour mener à bien ce mémoire, il a fallu recourir à de nombreux entretiens auprès d’anciens activistes ayant appartenu au mouvement clandestin.