NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

IN MEMORIAM TOUSSAINT LUCIANI

07-02-2018

C'est avec tristesse que nous apprenons le décès à l'âge de 79 ans de Mr Toussaint Luciani, ancien maire de Moca Croce, conseiller général du canton de Petreto Bicchisano, conseiller territorial dès 1982 et remarqué par François Mitterrand. Tous les néomuvristes s'inclinent devant un des héros de l'anti-gaullisme mais aussi devant le polytechnicien.
 En effet, depuis l’éviction des territoriales de Pierre Chaubon par Orsucci, la Corse ne dispose plus de technicien de valeur au moment où elle en a le plus besoin. Au fil des décennies, la quantité des élus à prévalu sur leur qualité. Il y a peu d'hommes politiques corses contemporains que nous pourrions appeler "nos pères spirituels" . Toussaint Luciani en a fait partie; parce qu’au sein de cette petite Nation, il était un des rares à avoir une vision d’État alors que ses successeurs n'ont qu'une conscience de tribus, voire de meutes. Nous lui rendrons un dernier hommage sur sa tombe jeudi à 15h. Certains doivent se sentir à peine plus soulagés car malgré sa longue maladie, son ombre à plané au dessus de chaque scrutin.

Comme on le chantait au sujet de Napoléon: "Et même mort, il les faisait trembler encore."

A SQUADRA

Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

La gauche du capital : libéralisme culturel et idéologie du marché : Jeune philosophe qui enseigne à l’Université de Montpellier, Charles Robin vient de publier La gauche du capital, un ouvrage dans lequel sont rassemblés plusieurs essais consacrés à la philosophie libérale et à son héritier le libéralisme économique. Ses travaux prolongent ceux d’un philosophe hétérodoxe, Jean-Claude Michéa, lequel a dévoilé l’unité indissociable du libéralisme. Charles Robin, quant à lui, s’emploie à mettre en évidence la parenté insoupçonnée de la pensée de l’extrême-gauche contemporaine avec celle des libéraux. Une extrême-gauche au service du marché ? Charles Robin a été adhérent du NPA ; il sait donc de quoi il parle quand il analyse la « pensée Besancenot ». Il écrit à ce sujet : « C’est bien cette règle du primat de l’intérêt individuel, à laquelle nous sommes aujourd’hui appelés à nous conformer, qui définit l’horizon anthropologique et moral des temps présents… Car aussi curieux que cela puisse paraître, c’est bien dans le discours majoritaire de l’extrême-gauche que se trouvent condensés les principes qui justifient le mieux cette évolution’’. Et il ajoute :’’Ce qui me permet de proposer une formulation complète et définitive de ma thèse, thèse qui se décline en trois volets : la destitution des figures de l’autorité, du symbolique, en un mot, de la « verticalité » 1) constitue une conséquence logique du déploiement de la logique libérale 2) qui est objectivement justifiée et accompagnée par le corpus idéologique de l’extrême-gauche et 3) (je ne l’ai pas explicité jusqu’ici, mais je pense que cela se déduit facilement de ce qui précède) dont le principal bénéficiaire est le système capitaliste marchand ».