NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Une voie souterraine pour Bastia ?

21-01-2018

Le projet "émergence" est le fruit d'une réflexion collective de jeunes bastiais amoureux de leur ville, emmenés par Jean Philippe Cherchi, autour du mieux-vivre à Bastia. Il consiste à fluidifier la circulation et désengorger le centre-ville en construisant un axe souterrain qui relierait le port de commerce de Toga au front de mer ( au niveau de la caserne des pompiers ) en passant par le Fangu et le Palais de Justice.

Des études sérieuses ont été effectuées sous l'égide des géologues de la BRGM, une structure spécialisée dépendant de l'Office de l'Environnement qui a donné un avis favorable. Le problème de l'amiante se posant dans le secteur du Fangu, des mesures spécifiques nécessaires sont à envisager, notamment pour le stockage des déchets sans que cela n'invalide le projet.

Des études complémentaires sont actuellement mises en œuvre  concernant les cours d'eau du Fangu et du périmètre du Palais de Justice, la voie souterraine passant sous les cours d'eau aux intersections.

Le coût envisagé pour un tel travail est d'environ 100 millions d'euros le kilomètre linéaire, soit environ 400 millions d'euros au total. L'un des principaux intérêts de cette voie de circulation souterraine serait de contribuer à développer l'actuelle zone portuaire de Toga au lieu de construire un nouveau port aux cout faramineux qui porterait atteinte à l'environnement et aux commerce bastiais.

Le collectif "Avvene per Bastia" qui porte ce projet distribue un journal gratuit à la population explicitant dans le détail ses différents aspects. Le projet "émergence" à été déposé à l'INPI ( Institut National de la Propriété Intellectueele ). Il est consultable en 3D sur la page facebook de "avvene per Bastia".

Des contacts ont d'ores et déjà été pris, tant avec la CAB qu'avec des responsables de la municipalité bastiaise. Dans les mois à venir, l'ensemble des forces politiques insulaires recevra un dossier complet du projet.

Le projet "émergence" pourrait être l'un des axes envisagés pour le développement de Bastia et de fait, devenir l'un des thèmes de la campagne électorale des municipales de 2021.


A SQUADRA




Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Juriste, avocat et talentueux écrivain insulaire , Philippe Chiaverini nous incite, dans le roman "Dictature molle", à une réflexion sur les ressorts de la chape de plomb étouffant la vie intellectuelle et l'être profond des sociétés ouest-européennes "évoluées", mais qui, comme de juste, commence à se lézarder sous le propre poids de ses contradictions. La "raison d'état" se révéla dans l'Histoire comme l'un des fondements de l'édification de sociétés d'Ordre et d'Harmonie, tournées vers la transcendance et le dépassement de la dimension "humaine trop humaine" et en réalité, tendant vers l'infra-humain, qui régit le monde occidental actuel. Les préoccupations qui inspirent les organes politico-administratifs dans lesquels se meuvent les protagonistes de Dictature molle, se révèlent cependant d’une nature bien différente de celle qui sous-tendait l’action de leurs prédécesseurs ante-révolutionnaires. C’est l’expérience qu’en fait, de manière plus ou moins consciente, Georges Roseau, jeune cadre administratif qui commence une carrière de bureaucrate comme chef de pôle à la sous-préfecture de Brive-la-Gaillarde. Empli de l’importance de ses fonctions qu’il considère comme essentielles à l’accomplissement du Service public, auquel il voue un culte, il se fait le relais empressé des conceptions d’une hiérarchie qui juge que le libre-arbitre est une notion trop aléatoire pour se dispenser de mettre la population sous une tutelle, forcément bienveillante, qui pénètre les détails les plus anodins de l’existence.