NAZIUNALE RADICALE SUCIALU !

Christophe Canioni à l'Assemblée de Corse !

10-01-2018

                                 CHRISTOPHE CANIONI : "Mes interventions à l'Assemblée de Corse"

Après 25 ans passés au Front National comme militant, puis comme cadre, Christophe Canioni a été candidat aux élections départementales de mars 2015, puis tête de liste pour les territoriales de la même année. Élu conseiller territorial FN en décembre 2015, il quitte son groupe en janvier 2017 et siège comme non-inscrit. Pour défendre ses idées, il a crée son mouvement politique AVVENE CORSU .

S'il ne regrette rien de son engagement passé, il a décidé de tourner définitivement la page pour inscrire son action politique dans le paysage corse. Dans ce petit livre, Christophe Canioni vous propose de découvrir ses interventions à l'Assemblée de Corse, 2016 et 2017 ( questions aux membres de l'Exécutif suivies de leurs réponses ) sur des sujets qui touchent à l'immigration, la formation, l'agriculture ou encore la culture. L'ouvrage se termine avec ses propositions sous forme de motions qu'il a défendu en commission.


Christophe Canioni " Mes interventions à l'Assemblée de Corse" éditions Anima Corsa 2017





Rete suciale

                           

Circà

DITE A VOSTRA !

Tribunes libres, reflexions ideologiques, économiques, écologiques etc. CPN vous donne la parole ! Formulaire

Arritti


L'altri


Literatura

Le journaliste José d'Arrigo a effectué l'essentiel de sa carrière comme grand reporter au Méridional, mais aussi comme correspondant en Provence de grand journaux parisiens. Il enseigne le journalisme à l'université d'Aix-en-Provence et intervient dans l'émission de France 2 "Faites entrer l'accusé". José d'Arrigo n'a donc pas le profil d'un dissident réfractaire par principe au politiquement correct. La lecture de son ouvrage "Faut-il quitter Marseille ?" paru en avril 2015 n'en présente que plus d'intérêt au vu de la teneur générale de son propos. Une année durant, José d'Arrigo a interrogé des marseillais de toutes origines, confessions et bord politiques sur leur sentiment au sujet de leur ville et de son avenir. Le constat est quasi unanime et sans appel : Marseille vit sous le signe de la peur, de la violence généralisée sous toutes ses formes ( de l'omniprésente petite délinquance aux guerres du moyen et grand banditisme ) de la tiers-mondisation, la corruption. Une situation irréversible, au vu des évolutions démographiques et sociologiques qui constitue à moyen terme le terreau de l'implantation d'une contre-société, puis de contre-pouvoirs inspirés d'un salafisme "intégrant" et catalysant ces différents aspect du chaos, financés et téléguidés par des agents extérieurs, selon un processus éprouvé en maintes régions du monde.